6 avril 2024

LES CHÂTEAUX DE LA LOIRE

FONTAINE, JE NE BOIRAI JAMAIS DE TON EAU ??

Cet adage me confond au plus profond de mon orgueil. Mes détracteurs et Dieu savent s’il en est, vont pouvoir me ridiculiser de la plus belle des façons.

De mes dogmes prêchés à tous vents, il en est un parmi beaucoup d’autres, qui a motivé ma vocifération. Une allergie aux personnages qui se veulent écologistes, ces « énergumènes » de tous poils qui après avoir consommé des tonnes de kérosène afin de nous convaincre que leurs voyages étaient d’utilités publiques, se donnaient pour mission de nous faire connaître des contrées à protéger de la pollution.

De ces exaspérations? Une émission de jeux télévisés m’a révolté : la carte aux trésors qui mobilisait deux hélicoptères, plus vraisemblablement, un avion pour filmer la retransmission. Mon aversion envers ces pollueurs n’a d’égale que mon obscurantisme quand, je vois les hélicoptères balader des touristes pour une vue du ciel des châteaux de la Loire ?

Bien que mon esprit curieux me taquinait, il ne m’était jamais, compte tenu de mon côté qui se veut écolo, qu’un jour, je me sentirais obligé de faire ce périple. Cette situation invraisemblable, je la dois à une de mes petites filles, pour la bonne raison, Alia la benjamine, devait en compagnie de son papa effectuer son baptême de l’air en hélicoptère au-dessus des châteaux de la Loire.

Un revirement survenu au dernier moment a rendu impossible la présence d’Alia. Ne pouvant ni changer ni se faire rembourser le billet lui étant destiné, il ne restait plus à Arnault ou de partir seul, ou dans la mesure du possible, à voir avec l’organisateur pour remplacer la voyageuse par un tiers. Pour Arnault, sa décision fut de me choisir en tant que compagnon de voyage ; étant faible, je ne voulais pas le contrarier.

Une vue aérienne du château de Chambord

Pour justifier mon acceptation, il m’était facile de m’absoudre de mes convictions en jugeant qu’il aurait été idiot et inutile de laisser voler l’aéronef avec un siège vide, la pollution occasionnée par ce périple n’aurait pas été moindre. Voilà comment, on se donne bonne conscience.

Pour ce qui est du circuit aérien, rien à dire tout simplement merveilleux. J’en ai retenu un plus. Je me suis retrouvé au-dessus du secteur géographique parcouru pendant plus de 10 ans à visiter les paysans en tant que représentant en matériel agricole!

1 Comment

  • Tout à fait classique, c’est le « Syndrome de MONTGOLFIER », dès que tu quittes le plancher des vaches (ou de la charrue et du tracteur), en t’élevant pour tutoyer les nuages, ta tête gonfle comme le ballon qui te porte et toutes tes bonnes résolutions antérieures comme par magie s’évaporent, chassées par de vains et fallacieux prétextes ..
    Il fait ravage pour une grande majorité des habitués d’aéroports mais aussi chez nos Hommes (et Femmes) politiques, qui après avoir exulté les jubilations de ces rudes épreuves élévatrices, en sortent secs et rincés comme serpillères sur le fil à linge. FR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plateforme de Gestion des Consentements par Real Cookie Banner